Débuter au patchwork en douceur

La technique du patchwork semble bien souvent si compliquée et fastidieuse qu’elle désespère les débutantes avant même d’essayer. Cette activité souffre également parfois d’une image un peu vieillotte et démodée alors qu’il peut y avoir de réelles merveilles au top de la tendance. J’ai envie aujourd’hui de vous donner quelques conseils tout simples pour encourager celles qui en ont envie à se lancer dans un premier projet de patchwork. Cela vous tente ? Alors allons-y !

pourmesjolismomes-saxe-117Première étape : le choix des tissus

Choisir avec soin les différents tissus qui composeront son ouvrage est primordial pour obtenir un joli résultat en patchwork. Les motifs et les couleurs doivent s’accorder entre eux.

pourmesjolismomes-saxe-103
1) je veille à ce que mes tissus soient tous plus ou moins du même type, même poids, même épaisseur ; j’évite par exemple de mélanger du voile de coton, de la toile de jean, du velours et de la viscose !
2) je choisis plutôt des petits motifs, puisque que je vais découper des petits bouts de tissus
3) je réfléchis à l’harmonie colorée que je souhaite pour mon ouvrage terminé : en général, il est conseillé de limiter le nombre de teintes à 3 ou 4, que je peux décliner en plusieurs intensités

MON PROJET : aujourd’hui je vous propose de créer un coussin en patchwork de petits carrés de 6×6 cm ! J’ai choisi un gamme colorée qui me plaît beaucoup, qui va de l’écru au beige plus soutenu, qui s’accorde avec du bleu gris et qui est ravivée par un joli vert menthe plein de peps.

Deuxième étape : la découpe

Cette étape également doit être réalisée avec beaucoup d’application ! Une découpe approximative sera quasiment irrattrapable alors que si celle-ci est faite avec précision, c’est déjà la moitié du travail fait pour un patchwork réussi.

pourmesjolismomes-saxe-104Posséder un cutter rotatif, un tapis de coupe et une grande règle en plastique transparent est un véritable plus quand on veut faire du patchwork. Mais on peut aussi tout à fait se débrouiller sans. Avant d’être équipée, je me fabriquais tout simplement un gabarit en papier cartonné grâce auquel je traçais facilement et rapidement sur mes tissus mes formes de découpe.
Avec une règle et un cutter, le travail est plus rapide et certainement plus précis. Il est en tout cas facilité grâce aux nombreuses graduations.

pourmesjolismomes-saxe-105MON PROJET : pour mon coussin, j’ai besoin de découper 25 carrés de 8×8 cm.

Troisième étape : la composition

pourmesjolismomes-saxe-106Là, il faut faire appel à son sens artistique ! Je n’hésite pas à étaler sur mon plan de travail tous mes bouts de tissus découpés et à tenter différentes compositions, en alternant de manière harmonieuse les couleurs et les motifs.

pourmesjolismomes-saxe-107MON PROJET : je répartis mes 25 carrés en un carré de 5 carrés par côté. J’essaie d’éloigner les carrés identiques les uns des autres.

Quatrième étape : l’assemblage

Ca y est, on sort enfin la machine à coudre ! Là aussi, il y a quelques petites précautions à prendre pour que le résultat soit à la hauteur de ses attentes.

pourmesjolismomes-saxe-108Tout d’abord, je dois choisir une valeur de marge de couture et m’y tenir très précisément tout au long de l’assemblage.
1) soit je décide de toujours aligner le bord de mon tissu au bord de mon pied de biche, et si nécessaire je joue sur la position de l’aiguille de ma machine (sur ma machine dont je vous ai parlé ici, j’ai la possibilité de la déplacer de 9 mm, c’est très pratique pour ce genre de projet tout comme le point d’arrêt et le coupe-fil automatiques, je gagne un temps précieux !)

pourmesjolismomes-saxe-1092) soit je m’aide en collant un morceau de masking tape sur le plan de ma machine à coudre ; il suffira de suivre le long de ce scotch.
Ensuite, il est également important de superposer parfaitement les deux tissus que je m’apprête à coudre ensemble. Tout décalage sera visible au final !

pourmesjolismomes-saxe-111MON PROJET : mes marges de coutures sont de 1 cm. Je couds mes carrés par bande de 5, l’une après l’autre.

Cinquième étape : le repassage

Cette étape se fait en même temps que la précédente, au fur et à mesure de l’assemblage des tissus entre eux.

pourmesjolismomes-saxe-110Encore et toujours, on réalise ici l’importance du fer à repasser dans la couture !
Après chaque trait de couture, je dois ouvrir les marges et les aplatir au fer.

pourmesjolismomes-saxe-113MON PROJET : lorsque mes 5 bandes sont cousues et bien repassées, j’assemble les bandes entre elles (en veillant à ce que les marges de coutures restent dans le bon sens) et je ré-aplatit toutes les coutures au fer.

pourmesjolismomes-saxe-116Mon patchwork est terminé ! Pour finir le coussin, il ne me reste qu’à lui coudre un dos, toujours en respectant impérativement la même marge de couture.

Finalement, à part de la patience et de la minutie, rien de bien compliqué non ? Et vous verrez que cette activité peut vite devenir addictive tellement les possibilités et applications sont nombreuses (retrouvez quelques idées simples à réaliser sur mon blog : un autre coussin, un plaid matelassé, encore un coussin, un plaid triangles et une couverture de naissance).

pourmesjolismomes-saxe-118Pour aller plus loin

Je vous conseille ces deux ouvrages aux Editions de Saxe :
Les bases du patchwork en pas à pas :
ce livre que j’ai depuis plusieurs années est une véritable pépite pour toute débutante en patch. Les différentes techniques sont très bien décrites avec de nombreuses photos et le matelassage est également abordé.

50 projets couture en fat quarters :
du patchwork, mais pas que ! Plein de modèles pour utiliser ses petits bouts de tissus préférés.

C'est promis, vous aimerez aussi !

Les commentaires

DERIQUE Christiane

MERCI c’est SUPER ma petite-fille va être contente pour commencer le patchwork !

Réponse
Christiane

bonjour
merci pour ce tuto , personnellement je met les coutures d’un seul côté en repassant, je met du côté le plus sombre, je n’ouvre JAMAIS les coutures en patch , belle inspiration avec peu de tissu …

Réponse
Julia

Bonjour, pour faire un couvre-lit en partant d’un assemblage comme celui expliqué ci-dessus, le plus simple est de réaliser une doublure. Vous mesurez d’abord votre patchwork et choisissez ensuite une doublure assortie dans le tissu de votre choix. Vous cousez ensuite, endroit contre endroit, tout le tour, en laissant une ouverture pour retourner le tout. Enfin, vous fermez discrètement à la main cette ouverture. Vous pouvez également ajouter un molleton en « sandwich » entre les deux épaisseurs. Il est possible enfin de surpiquer au niveau des coutures d’assemblage pour solidariser les 2 ou 3 épaisseurs. J’espère que cela vous aidera pour votre projet !

Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *