A la rencontre de Didier : le photographe des Editions de Saxe

La première fois que j’ai visité les locaux des Editions de Saxe, une fois passée l’excitation de visiter une maison d’édition, je me suis surtout attachée à aller rencontrer ses équipes. Toutes ses équipes. De la directrice générale au responsable des entrepôts, des éditorialistes aux chargées de clientèles, des maquettistes à la compta, du marketing à l’accueil.

Et quand vous vous promenez dans les couloirs de Chaponost, au fond, tout au bout du bout du fond. Encore après le dernier couloir et l’ultime porte, vous entrez dans le monde de Didier Barbecot. Et quand je dis entrer dans le monde, je pèse mes mots. Didier est LE photographe officiel des Editions de Saxe. Tous les livres et les magazines édités par nos soins passent forcément entre ses mains. Non seulement j’ai cru défaillir en regardant ses ordinateurs et écrans géants (jalousie je crie ton nom), mais j’ai eu tout simplement envie de rester jouer dans son studio. Sur des rayonnages entiers, vous pouvez voir des tonnes et des tonnes d’objets de décoration qui pourront ensuite venir habiller une photo pour un livre ou un mag.

didier barbecot portrait

J’ai immédiatement eu envie de m’installer là un jour ou deux et de m’essayer à cet art incroyable qu’est la photographie de studio. Une fois passée la bouffée délirante, j’ai pu faire la rencontre de Didier et voir comment nous pourrions travailler ensemble, lui à la photo, moi aux réseaux sociaux et au webzine.

Pourquoi je vous raconte tout ça ?

Parce que dernièrement, Didier a préparé un tuto pour nos auteurs qui voulaient faire elles-mêmes leurs photos (au hasard sur le webzine (attention dossiers classés secrets) : Camille, Hélène ou Zess pour ne citer qu’elles). Et ce tuto photo est tellement génial qu’on a décidé, avec son accord, de le partager avec vous.

Vous avez bien lu, un photographe de plateau hyper qualifié nous donne ses petits trucs.

Je crois bien avoir écrit ici mon article le plus long de l’histoire de mes articles sur Saxe. Amies blogueuses qui voulez améliorer vos photos, c’est cadeau ! Je laisse la place à Didier,

A bientôt,

Edith

Voici une méthode simple à mettre en œuvre pour créer un «plateau photo» basique. Il vous permettra de faire des images en conservant une certaine régularité dans votre production.

Tout d’abord parlons matériel. Utiliser un appareil photo de type «reflex» est bien sûr l’idéal, mais un compact expert peut faire l’affaire. Le mieux étant qu’il propose un format RAW, (fichier brut) qui vous permet ensuite, via le logiciel de traitement fourni avec votre appareil, de corriger aisément vos images.

Pour l’éclairage, le mieux est d’utiliser une source de lumière artificielle. La lumière du jour, même si elle peut être agréable à travailler, est trop changeante. Si vous utilisez la lumière d’une fenêtre pour éclairer votre scène et que votre séance photo s’étend dans la journée, vous n’aurez pas le même résultat le matin, à midi ou le soir ! Mieux vaut donc maîtriser sa lumière en utilisant, dans une pièce sombre, une source artificielle qui restera régulière tout au long de votre travail.

Tout comme le soleil est unique, votre source de lumière doit être unique! Multiplier les sources multiplie les ombres. (Rien de moins naturel qu’un éclairage façon «terrain de football» avec des ombres dans tous les sens..). On peut utiliser n’importe quelle source, mais avec un minimum de puissance.

Une lampe de chantier de 300w par exemple peut très bien faire l’affaire. ( On en trouve en rayon bricolage, sur trépied, entre 20 et 50€ ). Que la source soit à leds, halogène ou autre n’a pas d’importance. Nous sommes en numérique, le paradis du «tout est possible» !

01 Projecteur de chantier

Il faut ensuite «diffuser» cette source pour qu’elle ne soit pas trop crue. Non «tamisée» elle donne des ombres bien trop dures! On utilise un «écran diffuseur» qui s’interpose entre la lampe et le sujet. Un rouleau de papier calque ou un drap blanc pas trop épais feront l’affaire ! La quantité de lumière va être réduite, d’où l’intérêt de choisir une lampe assez puissante !

02 Sans diffuseur

03 Avec diffuseurAfin de réduire la densité (plus ou moins sombre) des ombres, on utilise un réflecteur blanc (une plaque de carton mousse par exemple). On l’oppose à la source de lumière pour créer un «retour» qui atténue les ombres.

sans diffuseur

avec reflecteur Voici schématiquement votre plateau photo.

plateau photo

Vous pouvez jouer sur la qualité des ombres en rapprochant ou en éloignant le calque (ou tissu blanc) du sujet, ou en changeant la distance de la source de lumière au diffuseur. Faites des essais pour trouver le meilleur compromis en fonction de votre sujet.

                                              plateau photo 2

position verteLampe position verte  

position bleueLampe position bleue

position rose

 Lampe position rose

Parlons photo. Il est préférable de ne pas utiliser des sensibilités (iso) trop hautes. L’image se dégrade vite, elle prend du grain (appelé «bruit» en numérique). Je vous conseille de rester entre 100 et 400 iso (ne laissez pas votre appareil faire ce réglage automatiquement, il va souvent bien trop loin au détriment de la qualité.). Testez votre appareil pour connaître ses limites.

11 Degradation ISOVos fichiers raw, associés au logiciel de traitement vous permettent facilement de corriger des défauts. Si vos photos sont déséquilibrées, trop sombres ou trop claires, trop bleues ou trop jaunes (ce qui arrive par exemple si vous faites une photo avec une lampe artificielle et que l’appareil photo est réglé sur «lumière du jour»), ce n’est pas grave. Utilisez le logiciel fourni pour corriger ces défauts et uniformiser votre travail. Voici des exemples des corrections possibles (ce sont toutefois des cas extrêmes, mieux vaut s’approcher du «bien» au moment de la prise de vue).

correction exposition

Prenez le temps de tester différentes combinaisons. Quand vous aurez trouvé votre source de lumière, votre diffuseur, vos réglages de base, votre travail sera régulier tout au long de l’année.

A vos capteurs !!!

Didier

post scriptum : un énorme remerciement à Jérôme qui a accepté ma mission : aller prendre en photo un photographe. Et croyez moi, c’est une mission, les photographes détestent changer de côté de l’objectif. Merci merci de ce portrait et merci à Didier pour ce cadeau qu’il nous fait avec tant de gentillesse. Edith

Les commentaires

zess

Ahhh super cet article ! On en veut d’autres !
C’est vrai que c’est chiant la lumière du soleil qui change, du coup je me dépêche toujours (de toutes façons avec Lily-Rose un shooting d’1h c’est pas possible!).
Je note l’idée de la lampe de chantier, j’ai bien envie de tester !

Réponse
Edith

Zess, c’est super n’est ce pas ? Le tuto de Didier est parfait ! Et cette idée de lampe de chantier encore plus. 🙂 Edith

Réponse
Edith

Merci mille fois mapetitelibellule, ça c’est un message qui va ensoleiller mon week end ! 🙂 A bientôt, Edith

Réponse
Noémi

Ha oui ce tuto est génial et le rendu effectivement très naturel. Je ne pensais pas qu’on pouvait y arriver avec une simple lampe de chantier.

Réponse
carole

Bonjour,

Article très intéressant, du coup, je cherche la perle rare, et je pense avoir trouvé, mais je voulais savoir si 120w c’est vraiment trop faible? et faut-il préférer une à 400w plutot?

Merci,

Carole

Réponse
Didier

Bonjour Carole!
On peut se satisfaire de toute sorte de lampe! Mais ce qu’il faut garder en tête c’est « qui peut le plus peut le moins »! Tu pourras toujours atténuer une source trop puissante ( en utilisant un diffuseur plus épais par exemple, ou en éloignant ta lampe du sujet! ). Tu peux aussi travailler avec un diaphragme un peu plus fermé.
Si ta source de lumière est trop faible tu t’obliges à travailler soit avec une plus grande sensibilité ISO ( et donc une détérioration de l’image ), soit un diaphragme plus ouvert et là tu te limites en profondeur de champ ( distance de netteté plus réduite en avant et en arrière de ton plan de mise au point ), soit à utiliser une vitesse lente et là tu augmentes le risque de « bougé »!
Si l’endroit où tu souhaites travailler te permet de reculer ta lampe… choisis la 400W!
Si tu es coincée entre le placard mural et la caisse du chat la 120W suffira!
Attention aussi à l’incendie! Une lampe halogène chauffe fort! Ne pas rester trop longtemps allumé trop près du diffuseur!
Bonnes photos!
Amicalement, Didier.

Réponse
Allie

What a great giveaway, thank you! My go-to smoothie is the one that scares all of my co-workers (and earns me strange looks from fellow subway riders) – almond milk, strrwberaies, frozen bananas, spinach, chia seeds and flax seeds. YUM!

Réponse
Didier

Bonjour Allie!
Merci!
Même si, je dois bien l’avouer, je n’ai rien compris! lol
La traduction automatique de Reverso donne ceci:
( Even if, I well have to admit it, I understood nothing! Lol
The machine translation of Reverso gives this: )
« Quel grand cadeau publicitaire, merci! Mon aller – au smoothie est celui qui effraye tous mes collaborateurs (et me gagne des regards étranges de cavaliers de métro pairs) – le lait d’amande, strrwberaies, des bananes gelées, l’épinard, chia des graines de lin et des graines. YUM! »
C’est fun mais ça me parle peu! ( It is funny but that speaks to me little! )
Bonne journée, amicalement, Didier.
Best regards!

Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *