10 clins d’œil aux tricoteuses

Avis aux tricoteuses ! N’avez vous pas déjà été confrontées à des questions loufoques, des regards interloqués ou des remarques étranges de la part de votre entourage lorsque vous aligniez les mailles à grands coups d’aiguilles droites ou circulaires ?

Vous sentez-vous parfois seules, lorsque vous devez répondre à quelques curieux, et que votre vocabulaire semble soudain digne d’un dialecte parlé par les 10 derniers habitants d’une île reculée du Pacifique ?

Connaissez-vous ce sentiment exaltant d’appartenance à une grande famille lorsqu’enfin, au détour d’un wagon, dans un salon de loisirs créatifs ou lors d’une rencontre entre tricoteuses, vous rencontrez d’autres illuminées des mailles endroit, envers et autres jetés, qui parlent votre langue et partagent vos petites manies ?

Voici 10 clins d’oeil qui parleront à n’en pas douter à toutes les tricoteuses. N’hésitez pas à compléter cette liste ou à partager vos anecdotes liées votre passion tricotesco-laineuse en commentaire de cet article, pour sourire ensemble !

 

☺ Les 3 phrases que vous prononcez le plus sont :

  • – « Attends, je finis mon rang ! »
  • – « 27, 28, 29, CHUT, JE COMPTE !!!…, 30, 31… »
  • – et (dans votre tête) « Je savais que j’aurais dû le faire, cet échantillon… ».

☺ Vous savez à quoi servent un arrête-mailles, un anneau marqueur et un échantillon (oui ! lui, on sait tout à fait à quoi il sert, mais ce n’est pas pour autant qu’on le fait…).

arrête mailles tricot humour

Non, ceci n’est pas une épingle de nourrice géante 😉

 

☺ Vous savez que ces outils ne servent pas à tracer des montagnes et des soleils de tailles variées, ni à se boucher les oreilles.

 

☺ Vous savez à qui appartient cette jolie frimousse :

☺ Vous connaissez cette tension extrême qui tétanise votre corps lorsqu’il vous reste 3 rangs à faire avec juste quelques mètres de fil…

☺ Vous avez déjà bloqué juste à temps un cri libérateur en rabattant votre dernière maille, avec 3 cm de fil, parce que personne autour de vous n’aurait pu comprendre votre soulagement ou votre rire nerveux…

☺ Vous vous êtes (re)mise à l’anglais juste pour ce patron qui vous fait rêver… Heureusement, chez Saxe, nous pensons à celles qui préfèrent Molière à Shakespeare, et traduisons régulièrement de beaux ouvrages en français.

☺ Lorsque vous avez débuté le tricot, vos collègues ou amis vous ont demandé chaque jour pendant des semaines si votre joli pull était fait main (euh, non, je ne tricote pas en 0.05 mm)… Mais le jour où, enfin, vous portez fièrement votre première réalisation, personne ne vous pose LA question… Et vous avez bien du mal à ne pas crier sur tous les toits, que oui, celui-là, c’est vous qui l’avez fait !

☺ Vous ne comprenez pas, mais alors pas du tout, comment on peut confondre tricot et crochet… ! (Alors que, honnnêtement, avant de commencer, vous avez parfois eu des doutes, vous aussi, avouez…)

☺ Vous savez que vos pelotes ont chacune un numéro de bain, et d’ailleurs, vous prendriez bien un bain au milieu de vos pelotes !

Allez, à votre tour de vous exprimer en commentaires !

Bon et joyeux tricot à toutes et tous (oui oui, les hommes aussi tricotent ☺)

Les commentaires

Julia

En loisirs créatifs, on en apprend toujours plus, c’est ce qui est génial 🙂

Réponse
Sophie

Je me retrouve complètement dans cet article. Et ce qui m’exaspère le plus quand je dis que je tricote c’est qu’on me sort toujours la réplique du père noel est une ordure !!!

Réponse
Bonie

Je passe pour un OVNI où une femme bizarre quand je dis que je tricote pour habiller des poupées. J’ai dû acheter des Barbie (pour moi vers 48 ans). J’ai eu 2 garçons, et pas le courage de faire des tricots taille humaine.

Réponse
MayJoe

Envie de partager avec vous une anecdote rigolote.
J’ai 35 ans et j’ai commencé à tricoter il y a environs 4 ans et demi. A cette époque, je devais prendre le train pour aller travailler… du coup il n’était pas rare que j’attende mon train, assise sur un banc sur le quai.
Un jour, alors que j’étais bien installée avec mon tricot, une femme âgée s’est approchée de mon banc et avec un grand sourire, elle s’est installée à l’autre bout et à sorti…. un smartphone !

Choc des générations inversées, c’était superbe. Nous avons échangé de grands sourires complices avant que le train n’arrive en gare.

Cela reste un de mes plus beaux souvenir et je regrette vraiment que personne n’ai été là pour prendre un photo de nous.

Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *